Maintenance curative : chaque seconde compte